« Chaque personne est unique et mérite une approche qui réflète cette unicité »
culpabilité alimentaire

La culpabilité alimentaire

Vous sentez-vous parfois coupable après avoir mangé? S'agit-il souvent d'aliments que vous jugez "moins santé"? Voici pourquoi la culpabilité alimentaire peut mener à une relation malsaine avec la nourriture.

La culpabilité, c'est comme un marteau. Si vous mangez des chips ou du chocolat en vous cognant sur la tête avec un marteau, allez-vous apprécier le moment? Pourrez-vous concentrer votre attention sur les saveurs, textures, le plaisir ressenti en bouche? Probablement pas! 

Le hic, c'est que la culpabilité nous empêche d'être dans le moment présent et d'avoir du plaisir à manger. On a tendance à manger plus rapidement et à ne pas réellement goûter. Résultat: la satisfaction n'est pas au rendez-vous. On risque alors d'en manger plus pour pallier au manque de plaisir. Une fois l'expérience terminée, on se sent honteux et on regrette. On se dit qu'on en achètera plus! 

S'interdire de manger certains aliments ne fait qu'augmenter notre désir pour ceux-ci. On risque alors d'entrer dans un cycle de restrictions, rages et culpabilité, où la relation à la nourriture devient malsaine.

Vous vous reconnaissez? Voici un exercice pratique pour vous aider:

1. Faites une liste de vos aliments préférés (habituellement, ce sont des aliments que vous ne tenez pas souvent à la maison).

2. Prévoyez-vous un moment de pleine conscience une fois par jour avec un de ces aliments: lorsque vous ressentez une faim physiologique, assoyez-vous à table avec une portion standard et dégustez. Fermez les yeux si c'est plus facile! Prenez de petites bouchées et mastiquez bien car votre défi est de faire durer le moment le plus longtemps possible!

3. Posez-vous des questions: Ai-je eu du plaisir? Comment cette façon de manger est différente de la mienne? Suis-je satisfaite avec cette portion?

4. Recommencez l'expérience tous les jours, reprenez le même aliment si vous ressentez encore de la culpabilité. 

Il y a de bonnes chances qu'une plus petite portion dégustée lentement vous satisfait davantage. La culpabilité tend alors à diminuer car l'aliment n'a plus autant de pouvoir et il y a moins de débordements.  

Vous aimeriez de l'aide pour entreprendre cette démarche? Une diététiste-nutritionniste peut vous aider à vaincre votre culpabilité, retrouver le plaisir de manger et réintégrer vos aliments préférés!

Elisabelle Hardy, Dt.P. 
Diététiste-Nutritionniste à la Clinique de nutrition Geneviève Arbour