« Chaque personne est unique et mérite une approche qui réflète cette unicité »
Emotional-Eating-Cycle

"Manger ses émotions", est-ce un problème?

La réponse courte: oui et non. Lisez la suite!

C'est un problème...
Lorsque l'on utilise plusieurs fois par semaine la nourriture pour :
- engourdir une émotion
- passer l'ennui
- se récompenser*
- rechercher du plaisir*
*ceci devient problématique lorsque la personne n'a pas d'autres façons de se faire plaisir ou de se récompenser au quotidien


C'est un problème...
Lorsqu'on vit beaucoup de regrets et de culpabilité après avoir mangé ces aliments. L'effet d'apaisement est souvent temporaire et laisse place à des émotions encore plus souffrantes. 


C'est un problème...
Lorsque les aliments choisis sont mangés de façon plus rapide que votre rythme habituel et en grande quantité. 


C'est un problème...
Lorsque ces comportements vous apportent de la souffrance et que vous avez tendance à vouloir couper des aliments ou "faire attention" pour essayer de balancer les excès. 


Ce n'est PAS un problème...
Lorsque la personne "mange ses émotions" à l'occasion et non de façon régulière, en quantité qui ne dépasserait pas ou peu une quantité standard. Il est tout à fait normal d'éprouver du plaisir à manger et de vouloir utiliser la nourriture de temps à autre pour célébrer une bonne nouvelle par exemple.


Ce n'est PAS un problème...
Lorsque la personne a d'autres moyens de se faire plaisir au quotidien et que lorsqu'elle a un besoin / une émotion, elle ne se tourne pas automatiquement vers les aliments pour y répondre. 


Ce n'est PAS un problème...
Lorsqu'on se donne le droit de le faire, qu'on utilise la pleine conscience pour bien profiter du moment (manger lentement, sans distraction, regarder, sentir, goûter...) et qu'on n'y pense plus après. 


Ce n'est PAS un problème...
Lorsqu'on ressent des signaux de faim physique avant : ventre creux, gargouillis, légère baisse d'énergie, etc (variables d'une personne à l'autre). Dans un monde idéal, il est toujours préférable d'attendre que votre corps vous envoie des signaux de faim avant de manger. De cette façon, le risque de gain de poids est moindre et le marteau de la culpabilité vous laisse tranquille. 


En espérant que cela vous aide à y voir plus clair, n'hésitez pas à nous consulter pour explorer votre relation avec les aliments!

Elisabelle Hardy, Dt.P Nutritionniste